L'actualité amoureuse du handicap

Chargement



Rencontre handicap / Actualité du handicap

Un roman sur l'assistance sexuelle aux personnes handicapées - 30/10/2014 - partie 10 - via Vivre FM

2015-03-16 14:51:45.102

P.P. : Alors voilà : Delphine, dans mon roman, c'est surtout une amie d'Emilie qui elle est assistante sexuelle. Elle comprend l'intérêt de la démarche, en tous cas il y a cette dimension là. Parmis tous les critères que nous donnons, et que nous demandons aux candidats, c'est d'en avoir parlé à leur conjoint(e), comapagnon car c'est évident que c'est presque un engagement de couplement à ce moment là.
Il faut l'accord de l'autre, c'est un engagement qui est quand même singulier.

C.B. : Ca peut aider, ou justement freiner, d'être en couple ?

P.P. : Souvent ça peut aider. La personne doit être riche de sa sexualité. Alors on ne va pas accepter une personne qui a ses difficultés, qui a ses frustrations. Il faut qu'elle soit riche de sa sexualité, en couple ou non. Je vois dans le groupe de formation, il y a un homme qui est en couple avec la même femme depuis 40 ans, donc vous voyez la stabilité. D'autres qui ont été divorcés, qui peuvent avoir un couple différent, un peu plus ouvert peut-être moins figé en terme de sexualité.

Retour sur Rencontre-Handicap

Un roman sur l'assistance sexuelle aux personnes handicapées - 30/10/2014 - partie 9 - via Vivre FM

2015-02-10 14:59:16.091

C.B. : Vivre d'amour, vous allez forcément aimer. Notre rendez-vous du jeudi est consacré à l'amour, aux rencontres, à la sexualité avec la psychologue Sabrina Philippe. Sabrina va répondre à vos questions, internet et Facebook dans quelques instants. Pascal Prayez est notre invité : Non assistance sexuelle à personne en danger, c'est votre livre. Vous êtes psychologue clinicien et formateur. On parle de l'assistance sexuelle aux personnes handicapées. On parle d'ailleurs souvent des assistantes, au fémnin. Alors est-ce qu'il y a des assistants au masculin ?

P.P. : Alors oui, il y a des assistants au masculin, les demandes sont effectivement, plus masculines, en direction d'assistantes ou d'accompagnantes, ça on ne va pas le nier. Mais il y aussi des femmes, à le demander, un peu plus qu'avant. Donc dans chaque groupe de formation, il y a aussi un groupe d'hommes, qui offrent aussi leurs services. Il y a plusieurs choses : il y a la demande des femmes, il peut aussi y avoir des demandes d'hommes, orientées de manière homosexuelle. De même pour les femmes. On essaye aussi, dans le cadre de l'accompagnement sexuel, de répondre à la demande spécifique d'orientation selon les situations. Donc il y a aussi des hommes, qui sont assistants, ou accompagnants sexuels.

C.B. : Alors je rappelle que le livre que vous proposez est un roman, inspiré de faits réels avec des personnages qui vivent des situation vraiment concrètes, parce que ça aide beaucoup de savoir, pour les personnes qui nous écoutent, comment ça se passe. Et les assistants sexuels, on le découvre dans le livre, les assistantes ou assistants sont parfois mariés et en couple. Il y a la question de la jalousie qui est traitée je crois à travers le personnage de Delphine. Delphine veut s'impliquer, son compagnon accepte mais il y a des réserves quand même. C'est un petit peu délicat parfois.

Source : http://www.vivrefm.com/podcasts/fiche/8655/un-roman-sur-l-assistance-sexuelle-aux-personnes-handicapees

Retour sur Rencontre-Handicap

Un roman sur l'assistance sexuelle aux personnes handicapées - 30/10/2014 - partie 8 - via Vivre FM

2015-02-02 15:41:53.479

S.P. : Voilà : quand on a sur quelles sont ses limites, quels sont ses désirs, qu'est-ce qu'on veut finalement, comment on le vit.

C.B. : Alors Antoine qui a des problèmes moteurs, des problèmes cérébraux, Antoine, va lui donc voir une prostituée. Et après tout on se dit pourquoi pas. Est-ce que c'est pas finalement la solution adaptée ? Une personne qui justement à l'habitude des relations sexuelles ?

P.P. : Alors c'est très variable, quelque fois il y a des personnes qui sont satisfaites d'être allé voir un travailleur, une travailleuse du sexe. Bon alors en même temps ça n'est pas toujours facile. L'autre personne dont je parlais, n'a pas de problèmes moteurs importants, donc il peut se rendre chez une personne prostituée. Et il y a des personnes qui ne sont pas à l'aise avec le handicap, et qui peuvent refuser, c'est même souvent le cas. L'accompagnement sexuel, l'assistance sexuelle, c'est une forme de prostitution spécialisée. Ou bien il faut que ce soit totalement différencié d'autre chose. Après il y a des points communs et des points de différence.

C.B. : Pascal Prayez est notre invité, dans Vivre d'Amour, jusqu'à 13h, on se retrouve dans quelques instants. Et puis tout-à-l'heure Sabrina répondra aux questions Internet et Facebook. A tout de suite !


Retour sur Rencontre-Handicap

Un roman sur l'assistance sexuelle aux personnes handicapées - 30/10/2014 - partie 7 - via Vivre FM

2015-01-19 15:53:57.236

C.B. : Alors, quand il n'y a pas de cadre, et que la demande explose comme ça, c'est-à-dire que la personne est totalement est touchée directement, est-ce que c'est une agression ? Est-ce que la situation aurait pu être évitée ?

P.P. : Ca peut être évité si on fait un travail de formation dans les établissements pour qu'assez tôt, tout professionnel, et en équipe de préférence, on s'entraine à mettre des mots sur des événements en lien avec la sexualité, qu'on sait parler de la sexualité. Car là, effectivement, le rôle d'un professionnel, ça va être de refuser, bien-sûr, c'est pas le contrat. Mais, comment on refuse ? Est-ce que c'est avec des mots cassants, jugeants, interdisants, car on a été soi-même agressé en quelques sortes par non-préparation ? Car c'est ça la définition du traumatisme, ça vient de la surprise. Et évidemment, si il y a de la peur, de l'angoisse, des mécanismes de défense rigides. Et hop, en retour, il y a soit de l'évitemment, ce qu'il y a de plus fréquent ce qui est une forme de maltraitance, c'est-à-dire qu'on ignore tout bêtement, l'identité sexuée, de la personne qui s'est exprimée. Ou bien, il y a carrément des gestes interdicteurs, ou des mots...

C.B. : Comme cette aide-soignante, qui lui dit : qu'on ne t'y reprenne plus, qui est vraiment une réponse... Pas une réponse justement. C'est un petit peu cruel.

P.P : Ca castre. Ca castre.

C.B. : Les professionnnels, Sabrina, sont parfois démunis, dans l'instant. Qu'est-ce-qu'on peut faire ? Prendre ses distances ?

S.P. : Vous savez c'est très compliqué en réalité comme question parce que déjà, ça parle de sa propre sexualité. Bon. Et déjà on touche là à un domaine qui est particulierement compliqué, il ne faut pas croire que la sexualité c'est simple pour tout un chacun non plus. Y compris pour les soignants, y compris pour les valides. Voilà. Donc déjà on touche un sujet qui est compliqué pour la personne, et même pour la soignante. Quel rapport on a à son corps ? A sa sexualité ? Est-ce qu'on est plutôt à l'aise ? Quels sont les tabous qu'on a ? Qu'on a pas ? Quels sont les désirs qu'on a ou pas ? Donc c'est déjà toute la question de la sexualité du soignant. Il faut déjà dépasser ses propres peurs, pour pouvoir en parler avec d'autres. C'est-à-dire qu'on va être à même de pouvoir s'exprimer sur la sexualité quand on est à l'aise avec sa propre sexualité.

Source : http://www.vivrefm.com/podcasts/fiche/8655/un-roman-sur-l-assistance-sexuelle-aux-personnes-handicapees


Retour sur Rencontre-Handicap

Page précédente     Page(s) : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 ... 134    Page suivante